I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Jeu 6 Déc - 7:11

Le soleil pointe son nez mais une personne est déjà debout, n'ayant rien d'autre à faire que de se préparer mentalement à mater des petits imbéciles prétentieux, tout cela parce qu'ils faisaient du sport, n'importe quoi. Quoi que, les sportifs ayant rarement un peu de cervelle, il ne s'inquiétait pas... Il... Mark ? Son premier cours ? Il s'en fichait royalement, mais bon, il était arrivé ici pour enseigner à ces idiots et il ne serait pas payé à ne rien faire... Vagabondant dans les couloirs, ses talons claquant contre le sol dallé et le silence feutré des couloirs. Il finirait bien par connaître tout le bâtiment par coeur, d'ailleurs il aperçut un manteau, les élèves venaient de se faire ouvrir la porte par un domestique... Non, c'est vrai, il ne devait plus dire ça... Alors, un... Une femme de ménage ? Bref.

Livre sous le bras, ciseaux en poche, il referma la porte de sa salle de classe dans un silence presque parfait, seulement troublé par les respirations dissimulées et les légers bruissements des feuilles de cahier des enfants plus si jeunes que cela, tous âgés d'une quinzaine d'année, des secondes donc. Ils semblaient affolés, comme de petits animaux, mais à vrai dire, le professeur n'en avait que faire. Il ouvrit son manuel et d'un ton monocorde, il se présenta, inscrivant son nom sur le tableau noir d'un trait net puis reposa la craie en frappant doucement ses mains pour faire tomber la poudre blanche et commença réellement son cours. Il avait beau avoir le nez dans son livre, Mark observait chaque geste de ses élèves pour comprendre un minimum comment ils fonctionnaient puis un léger bruit fit tourner les yeux vairon vers un gamin qui jouait avec son scotch. Le professeur fit comme s'il n'avait rien remarqué et nota quelques exercices de conjugaison avant de les montrer du doigt en faisant comprendre sans un mot qu'il fallait les faire. Quelques minutes plus tard, le gosse jouant toujours avec son scotch vieillot, jauni par le temps, n'avait pas fait ses exercices, parfait donc, Mark allait enfin pouvoir s'amuser. Un léger rire s'échappa de ses lèvres et en une fraction de secondes un scintillement doré illumina la pièce baignée de soleil

Toi... Viens corriger l'exercice n°1... Et pose moi ce scotch

La paire de ciseaux dorés dans la poche de velour du vêtement de l'Italien venait de se planter entre les mains du malheureux inattentif, tranchant net un morceau du scotch jauni qu'il tenait entre les doigts. Celui-là ne serait pas le pire, peut être de ce cours, mais sûrement pas de l'année, bien sûr que non puisque Mark s'échauffait juste, vérifiant qu'il n'ait pas perdu la main. Celui-là était simplement désigné pour aller au tableau. Quelques fois, il arrivait au blond de couper une ou deux mèches d'une gamine parce qu'elle bougeait, car non, il ne rate jamais un lancer. Mais bref. Avec un plaisir dissimulé, Mark observait chacun des mouvements craintifs de l'élève saisissant la craie rouge pour souligner les erreurs disséminées exprès dans les phrases. Le cours se faisait long pour le professeur, ces secondes étaient bien trop peureux... La cloche retentissant lui arracha un soupire de soulagement, il vit les jeunes gens se précipiter vers la porte sans demander leur reste et Mark les suivit peu après, refermant le local à clef.

Il savait déjà où se situait la salle des prof's par rapport à la sienne et s'y dirigea à grands pas, déjà ennuyé par le cours qu'il devrait donner le lendemain, car pour le moment il n'avait qu'une heure par jours, ce n'était d'ailleurs pas plus mal. Il marchait vite et quelques élèves trainant dans les couloirs se tournèrent vers lui d'un air curieux, il n'en avait que faire. Ce fut un blond légèrement essoufflé qui ouvrit la porte de la salle et se dirigea sans plus tarder vers la sainte machine à café, il n'attendit presque pas, étant seul dans l'endroit. Gobelet en main, il s'installa confortablement dans un fauteuil en face d'une table basse et y posa ses cours, dans l'espoir qu'ils s'envolent et qu'ils soient rattrapés par une jolie fille. Cette pensée le fit sourire, oui, mais intérieurement. Toujours armé de son air froid, Mark finit par se détendre et ferma les yeux en croisant les jambes sur la table, il était venu enseigner pour tromper l'ennui, mais pourtant il ne se passait rien. Lui n'a pas besoin d'argent, alors pourquoi rester si on s'ennuie plus à s'occuper qu'à ne rien faire ?

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Ven 18 Jan - 20:04

Il y a bien des jours où on voudrait s’enterrer sous terre. Des jours d’un stress ou d’un ennui tant oppressant qu’on passe plus son temps à regarder sa montre qu’à faire en sorte que la journée soit meilleure. Aujourd’hui faisait partit de ces jours-là, d’ennui. Derek Wades, le nouveau psychologue à Coubert’, gardait son sourire d’une blancheur éclatante, comme à son habitude. Seulement si on observait de plus près, on pouvait voir ses tempes crispées et ses dents se resserrer de façon plus qu’inquiétante. La raison ? Elle s’appelait secrétaire. Le petit, enfin… ENFIN NON, LE GRAND MECHANT LOUP QUOI ! *bordel, bande de soumis ! /PAN/*. On disait donc le peti... grand nouveau devait suivre cette secrétaire ennuyante à mourir pour connaître un minimum l’académie. Elle avait tout d’une secrétaire modèle. Elle n'avait juste pas de lunettes. Pas de chignon. Pas de chaussures ballerines à talons plats en cuir. Pas de jupe bien droite et stricte. Pas de chemisier bien repassé. C’était la secrétaire modèle, mais sans tout ça. Donc en fait, ce n'était pas une secrétaire modèle. Elle marchait un peu trop droit, comme si elle avait un compas dans l’œil. Derek s’approcha dangereusement de la secrétaire qui semblait rouge de confusion et qui ne voulait –ou sans doute ne pouvait- pas le regarder en face. Il bloqua dans un coin sombre la jeune femme en plaquant son bras au dessus de sa tête. L’obscurité cachait le visage du jeune homme. Elle tremblait comme une feuille… Quand Derek approcha son visage du sien, je suis prêt à parier qu’elle avait les mains moites. A quelques centimètres leurs lèvres se frôlaient. Puis il recula les mains dans les poches. Elle glissa au long du mur, les cheveux dans le désordre.


« Je pense qu’on va bien s’entendre… Mais je pense qu’il serait mieux pour vous de me présenter la salle des profs, ça pourrait être utile, si il advenait quelque chose de… Plus important dans notre relation, chère demoiselle. Ca sera notre secret, d’accord ? »


Je pense que le prix de la meilleure imitation de tomate devrait revenir à cette femme, si vous l’aviez vue ?! Derek sourit –normal c’est Derek quoi - de façon beaucoup plus malsaine. Il lui accorda un clin d’œil et la suivit qui marchait d’un air de plus en plus pressé vers la salle des profs. Sheperd entra, et pencha la tête sur le côté en regardant vers la jeune femme en soupirant. Elle rougit, baissa les yeux et ferma la porte. La porte… A clef ? MAIS C’EST PAS POSSIBLE D’ÊTRE AUSSI C*NNE !!!!!!!! GNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII. Calme toi Derek. Le psy se retourna faisant face à la salle. Seul un homme blond, de dos était là. Un sourire vint donc appuyer les propos sarcastiques de Derek


« Bon… Je crois que cette jeune femme vient littéralement de se mettre à dos deux très charmants collègues. »



Dernière édition par Derek Wades le Ven 18 Jan - 20:48, édité 1 fois
avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Ven 18 Jan - 20:38

Les alignements de mots sur les feuilles blanches, Mark en barrait quelques-uns, en soulignaient d'autres... Mais pourquoi faire, ça n'avait aucune importance... Des bruits de pas dans le couloir lui firent relever la tête, sa main venant chasser une mèche blonde étant sur son oeil, la ramenant derrière son oreille, qui cela pouvait-il bien être. Ah, c'est vrai qu'il était dans un établissement et pas chez lui, il n'était donc pas seul, merde... Avec ce cours ennuyeux à mourir, l'Italien avait oublié ce détail. Un soupire franchit ses lèvres et il rangea ses feuilles de cours en les alignant bien puis finit d'un trait son café avant de le trouver immonde. Décidément, il ferait tout pour retourner en Italie, là-bas le café, il est... Rien qu'à cette pensée, il sentit une goutte couler sur son menton et l'essuya promptement. Il eu t juste le temps de s'installer à nouveau dans son siège qu'on ouvrit la porte. Iris, une des deux secrétaires, venait, rouge comme une pivoine, d'ouvrir la porte à un autre adulte que le blond n'avait jamais vu. un nouveau sûrement... Brun, une tête de... de... de... d'idiot, pour ne pas être grossier, un sourire trop brillant, trop faux et trop bizarre agrippé au visage comme une sangsue et un air de parfait crétin... Inintéressant. Sans rien dire, il se leva pour se chercher un autre café lorsqu'un cliquetis le fit se tourner automatiquement et sans prendre le gobelet qui venait de se remplir d'un liquide ambré par la mousse, il se dirigea vers la porte sans faire attention au brunet

IRIS, BORDEL, QU'EST CE QUE TU FOUS

Son expression n'avait aucunement changée et il finit par aller chercher son verre en plastique, se rasseyant tranquillement. Il finit par porter son attention sur l'autre personne dans la pièce sans piper mot, ce mec avait vraiment une allure bizarre... Encore un fou de plus dans cet établissement

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Mar 12 Mar - 19:39

Comme tout bon –aheum- psychologue, Derek psychanalysa la situation qui se présentait à lui : isolation du monde extérieur, espace confiné et passablement stressant. Le psychologue avait déjà rencontré ses situations à travers les yeux et les mots de quelques patients comme les ex-naufragés et les ex-otages. Il se rappelait vaguement de quelques observations dont il avait pu voir comme, les réactions normales du commun des mortels :

1) La crise de nerfs
2) Colère
3) Violence
4) Possible tristesse amenant à une remise en question de son existence
5) Retour au calme

Qui aurait pensé qu’avec tous les conseils utiles et efficaces que le Wades avait fourni pour vaincre ce genre de situation avec calme, lui-même ne les auraient pas utilisé ? On pouvait vraiment le faire passer pour un imposteur qui donne des conseils en bois ! Pourtant le jeune homme est très bon dans sa discipline d’habitude, en oubliant évidemment son manque de tact *maaaa non, cey pas grave ça ! –pan- ! Tous les stades de paniques et colères cités ci-dessus furent franchis mais à une seule différence : chez le commun des mortels, les 5 réactions englobent tout le corps mais chez Derek *évidemment que je ne suis pas le commun des mortels, BIATCH* ça n’englobe que les lèvres et les dents ce qui donne en définitif juste son sourire ! Le problème c’est que toutes les réactions que Derek a affiché sur son sourire à la colgate sont passées pendant un dixième de quarantième du quart du cinquantième par le tiers donc finalement… Il n’a pas bougé *like a boss* ! Sheperd troisième du nom */PAN/ c’est son troisième nom gogole !* partit finalement chercher un café, son air béat et idiot habituelle sur le visage, et son sourire étincelant à trois milles watts. Il s’en choisit un… *ON S’EN BAT LES C*UILLES ! AVANCE DANS L’HISTOIRE*, je disais donc un café *file moi une corde…* UN CAFE long et noir, avec une petite touche de vanille que seuls les anglais peuvent supportés tant ils sont imbuvables pour les personnes daignant avoir des pupilles gustatives. Pendant qu’il finissait son breuvage à l’allure toujours aussi douteuse, il détailla d’une œillade discrète le blondinet qui occupait déjà la salle avant lui. Derek ricana dans sa barbe *barbe qu’il n’avait pas u_u* très silencieusement songeant à des choses que seul Dieu entend. Le monsieur tout la haut doit d’ailleurs en ce moment même croisé les bras en roulant des yeux avec un minois dégouté au possible… Derek songea qu’avec de long cheveux d’or comme ceux qu’il possédait, il n’y avait même pas besoin de corde pour pendre son collègue *le mec qui pense déjà à tuer les gens tandis qu’il vient de les rencontrer…*. Il posa son gobelet sur le bord de la table et afficha le sourire le plus beau mais aussi le plus débile et le plus affligeant à son nouveau collègue en lui tenant un peu près ce langage *euuuuh… EUH ! pourquoi y-a-t-il une phrase du corbeau et du renard dans la rencontre de Mark et de Derek, êê ?*


« Vu que la dénommée Iris nous a enfermé ensemble, pourquoi ne pas faire plus ample connaissance ? Ou encore, se divertir



avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Mar 12 Mar - 20:21

Le blond soupira et termina son café dégueulasse avant de jeter le gobelet dans la poubelle puis il se remit à fixer ses copies et en corrigea deux ou trois avant de bien daigner entendre les phrases de l'autre. Déjà, il tiqua sur ses premiers mots, non, la secrétaire ne venait pas de se mettre deux "collègues" à dos, car Dutt n'en avait rien à faire. Et puis charmant, le brun n'avait rien de charmant, rien du tout... Il était simplement étrange et... il sonnait faux... Mark ferma les yeux et remit ses cheveux en arrière avant de fouiller dans sa veste et en tirer une dizaine de grammes de café, les manipulant comme si c'était le saint Graal. Il se leva et prit la bouilloire dans un placard avant de la remplir et de la mettre à bouillir. Il retira ensuite sa veste et la plia dans un coin avant de laver la cafetière et de mettre son précieux café dedans. Mark réprima un bâillement et retira l'eau bouillante de la plaque chauffante. Il versa précautionneusement le tiers de l'eau dans la cafetière et fixa ensuite les gouttes brun foncé tomber dans sa tasse. Puis il réfléchit à la deuxième phrase de son "collègue" et tiqua à nouveau, que voulait-il dire par "se divertir" avec son ton plus que louche... Finalement non, Mark ne voulait pas le savoir. C'était bien mieux ainsi. Lentement, le blond retourna à sa place avec son cher café italien, noir, serré, très serré, bien chaud, magnifiquement parfait... Il soupira doucement, aucun de traits de son minois n'avait bougé d'un millimètre. Sirotant son magnifique café parfait, il reprit la correction de ses copies et finit cela en quelques secondes tellement leurs erreurs étaient prévisibles. Il prit le temps de terminer son café puis s'en fit couler un autre avec un très léger soupire de soulagement, il ne souriait toujours pas. Mark consulta ensuite les dossiers de ses élèves et finit par répondre après au brun

Que voulez-vous savoir. Et pour ce qui est de se divertir, il faut voir

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Ven 15 Mar - 19:35

Que voulait-il savoir ? Et bien pleiiiiiiiiiiiiiiiiiiiins de choooooooses voyons *le nom de ta mère, ton équipe de plongé sous-marine préférée, la taille de ton… -PAN-* ! En fait, en connaissant un peu mieux Derek *ce qui n’est pas très bon, croyez moi* on peut savoir que celui-ci n’a pas besoin de demander pour connaître, tout est déjà su. Dans son métier, rien qu’à la manière que le patient a de s’asseoir sur le fauteuil moelleux, Derek peut définir déjà une dizaine de facettes de personnalité de la personne bien que celles-ci soient à vérifier.

Quand on rencontre une personne, on lui demande son âge. Derek sauta cette question qu’il trouva plus qu’absurde. Selon lui, à n’importe quel âge, on peut être peu sage ou particulièrement mature. Les hommes ne doivent pas être étiquetés comme de vulgaires bocaux à cornichons *LA métaphore…*. Ainsi donc Arthur Rimbaud fut un génie de la poésie à, à peine 16 ans. Il est vrai que c’est assez inimaginable et brillant. Mais il faut voir le côté sombre également : toutes les poésies de son œuvre ont été écrites en 3 ans à peine, il n’avait plus rien à faire, il est devenu irrémédiablement connu mais n’a plus rien fait depuis. On peut en conclure que même si à 11 ans vous avez le cerveau d’un adulte et la sagesse d’un moine, on doit aussi considérer que vous n’aurez jamais d’enfance aussi magique que les autres dits sots en votre comparaison. L’âge pour Derek est négligeable. Pas besoin de demander.

J’avais même oublié que l’on demandait le nom en premier. Pour ce point-ci je ne ferais pas une aussi belle psychanalyse que celle de Rimbaud *avoue, t’avais la flemme !* car ce sujet est une façon de penser personnelle du Wades. Inutile d’essayer de comprendre pourquoi, l’esprit, le caractère de William Wades est tout ce qu’il y a de plus tordu, de plus complexe et indéchiffrable.

Et pour ce qui est du reste des questions ‘standards’ que les personnes posent lors d’une première rencontre, Derek pouvait y répondre sans demander. Sheperd sentit l’odeur puissante et enivrante du café de l’homme, aperçut sa couleur noir si parfaitement ténébreuse qui n’appartient qu’aux italiens. Le café italien est sans doute le café le plus parfait qu’on peut trouver mais seuls les italiens eux-mêmes savent le déguster comme il se doit. On peut les reconnaître quand ils en boivent, en sirotant par gorgées serrées. Son collègue blond serrait ses mains sur des feuilles et rectifiait à la plume des copies, un professeur donc, par de grands coups de ratures, sèches, rapides, d’un geste insolant. Ce n’était pas un professeur de maths, les profs de maths eux préfèrent les stylos à bille, plus pratiques et plus facilement maniable pour de brefs calculs. La plume est une marque d’ancienneté, antique, professeur d’une matière littéraire sans doute puisque que la science est en elle-même ma définition de la nouveauté. Il était donc soit professeur de langue (italien, si professeur de langue), d’histoire ou de français. La philosophie ne semblant pas être quelque chose qui lui ressemblait. Puis Derek remarqua qu’il soupirait aux vues des fautes sur les copies. Ils n’y avaient qu’une sorte de personne qui soupire de façon aussi dépourvue de… courage ? Les doués en orthographe à la vue d’une horreur créative réinventant l’orthographe dans toute sa fantaisie. Professeur de français ? Derek s’arrêta sur cette parenthèse.



« Faire plus ample connaissance est une façon polie, quoique je trouve ça très conceptuel, d’amener à la conversation. Je sais déjà tout ce que je veux savoir. Pour passer ensuite à ma deuxième question, il ne suffit pas de voir, ce verbe est trop indécis, il faut savoir. »



avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Ven 15 Mar - 23:07

Le blond s'attendait à des questions plus ou moins indiscrètes, comme son nom, son âge ou la matière qu'il enseignait voire même (au cas où il aurait donné son nom de famille) quelle est sa fortune et par conséquent quelles sont les raisons de sa venue. Mais il n'en fut rien, rien de tout cela... Et Mark s'en trouva légèrement surpris. Cette personne était plutôt étonnante. Avec un léger mouvement du poignet, il déposa toutes les copies à côté de sa tasse à moitié vide et se laissa aller contre le dossier du fauteuil. Il sentit les cheveux d'or s'étaler dans son dos et les souleva pour les mettre sur le repose-tête, après tout, ça servait à ça, non ? Mark tourna légèrement la tête vers l'autre personne, son "collègue", et l'oeil rubis se posa sur lui, le passant au rayon x. Depuis tout à l'heure, l'Italien se sentait observé, c'était d'ailleurs très désagréable... Après une ou deux secondes seulement, il s'affirmait que le sourire du brun était un masque plutôt très bien fait. Mark avait beau être froid, il savait reconnaitre ce genre "d'art de la dissimulation". Mais d'une certaine façon cela le rendait également hautement méprisable aux yeux de Mark. La raison ? C'était simple, ça lui rappelait quelqu'un. Quelqu'un qu'il trouvait absolument abjecte. Chassant-là ces pensées idiotes, le blond fixa un moment les iris noisette, comme pour jauger leur possesseur du regard. Il n'était pas dédaigneux, il voulait juste avoir une esquisse d'idée concernant son interlocuteur. Au bout de quelques secondes, comme satisfait de ce qu'il avait "vu", il détourna la tête et ferma les yeux. Sans réellement y faire attention, il saisit sa tasse pour la vider avant que son cher café refroidisse puis, il finit par répondre tout en trempant sa plume dans l'encrier

Justement, je ne sais pas, tout dépend de ce que vous appelez divertissement. Je n'ai pas l'intention de faire n'importe quoi, surtout qu'il me reste des cours à préparer.

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Sam 8 Juin - 19:22

Que signifie un sourire ? Une tension des muscles des deux coins de la bouche. Une démonstration de joie publique, de son magnifique brossage de dents ? Tant que vous avez une bouche et des dents, que vous soyez sourds, aveugles, vieux ou jeunes bambins, vous pouvez sourire. Encore faut-il en avoir envie. Derek sourit tout le temps, même quand il dort, ses lèvres non pas de repos. En il aussi heureux pour autant ? Demandez-lui donc, vous n’aurez pour seul réponse, qu’un malicieux sourire.

Croisant ses bras contre son torse, faisant tourner sa tête contre sa nuque, la salle close augmentait en chaleur. Il faisait étouffant et le psychologue avait envie de s’amuser un peu plus. Seul jouet à disposition : le prof de français. Celui-ci restait impassible, neutre voir froid. Derek aussi d’une certaine façon, si on oubliait ce sourire innocent/ironique. Jetant négligemment un regard aux copies du blond, il reconnut des dissertations pas encore corrigées. Elles étaient bourrées de fautes, Derek avait fait assez d’étude en lettre pour le savoir et exprima comme de la pitié pour le professeur pendant une fraction de seconde. Pas plus ? Le brun s’en fichait, ce n’était pas son boulot. Chacun devrait s’occuper un peu plus de ses affaires, le monde ne s’en porterait que mieux. Attrapant une chaise réglable et à roulette, l’homme positionna le dossier en avant et s’assit. Le brun passa sa main dans ses cheveux pour les ramener en arrière puis croisa ses mains sous son visage en regardant d’un sourire qui ne trahissait rien de bon à son collègue.

« Et vous, comment définirez-vous ce qu’on appelle un divertissement ? L’homme sérieux que vous êtes désormais à forcément déjà du se ‘divertir’ au moins un jour dans sa vie. Ca serait vraiment triste pour vous, professeur~ »


La façon dont William avait dit les choses étaient vraiment typique des psy, retourner les questions sans totalement voir nullement y répondre. L'homme avait beau se différenciait énormément de ses confrères, énormément rester beaucoup et pas totalement. Derek pencha lentement et vicieusement sa tête sur le côté, fermant les yeux puis les rouvrant un certain temps pour donner l’effet d’un sourire doucereux. Autant de sérieux cache un passé bien rempli, et pas que d’étude, croyez-moi !

avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Sam 8 Juin - 19:47

Ces gestes, cette attitude, ce ton... Ce ton ! BORDEL DE MERDE ! Si Mark avait pu tuer les gens par la pensée, le "collègue" serait mort au moins trente fois de toutes les manières possibles et imaginables ! Touuuuutes ! Mais ce très léger désagrément ne parut ni dans les gestes, ni dans les yeux du professeur de français. En fait, il n'apparaissait nulle part. Comme à son habitude... Et en y réfléchissant, de par cette attitude, il ressemblait à... Non, ne pense pas à ça maintenant, tais toi et corrige tes copies, baisse le nez sur les pattes de mouche qui remplissent ces feuilles, relis cette dissertation absolument médiocre et déplorable... Tais toi, c'est un psy, c'est pas le moment de penser à ça. Le professeur, venant de s'auto-convaincre, resta totalement maître de lui-même et continua de corriger inlassablement les copies à grands coups de 4/20. Étrangement, il remettait toujours une certaine copie au fond du tas, avec un peu de chance il la perdrait, ouais, c'est ça. Bonne idée...

L'italien, supportant mal la vue de ces trop nombreuses aberrations de la langue française, se leva en se resservant un café encore chaud, tellement réconfortant... Puis il reporta enfin son attention sur le psychologue qui faisait une tête bizarre, assis sur une chaise tournante... D'ailleurs, elle venait d'où cette chaise !... Bah, c'était sans importance. C'est avec une légère surprise très bien cachée que le blond se rendit compte qu'il avait enregistré les paroles du brun sans s'en rendre compte. Hm... Sa définition du divertissement ? Donc soit ce gentil monsieur était nouveau et n'avait pas eu le temps de faire des recherches, soit il se foutait de sa gueule. Mark vint naturellement à penser que la deuxième option était la plus probable et se rassit devant ses copies, remettant inlassablement à plus tard la correction de la copie de ce foutu... Après quelques longues minutes et deux tasses de café, le professeur daigna répondre sans pour autant lever la tête, rangeant dans son dos les cheveux blonds qui tombaient en cascade sur la feuille qu'il avait sous le nez

Un divertissement ? Pouvoir s'amuser et arrêter de penser sans se soucier des conséquences, par quelque moyen que ce soit. Et rassurez-vous mon cher, je me divertis toujours autant, premièrement avec les singes qui essaient de me tirer les vers du nez, rien que de les voir me poser des questions, ça m'amuse

Il n'avait pas l'air de s'amuser du tout... il était resté impassible et aucun changement dans son attitude ou sa voix ne se faisait sentir, pas même le plus infime. Mais question amusement, il savait ce qu'il disait. Et pour cause, il en connaissait un rayon en matière de divertissement... Pour une fois, il n'était pas étonné que quelqu'un vise juste dans son passé, en plein dans le mille pour ce coup, il fallait le dire. Mais bon, le "collègue" était psy, c'était sûrement normal, et de ce fait le blond ne s'inquiéta pas. Pourtant, peut-être aurait-il dû ?

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Sam 8 Juin - 20:30

Le blond devait se sentir observé, c’était impératif. Le psy regardait et psychanalysait le moindre des ses gestes, il était traqué. L’attention du brun vira sur la calligraphie du professeur de français : elle était fluide, trop petite pour qu’on puisse comprendre quoi que ce soit et avec un petit défaut à gauche qui était du à sa ‘bosse de l’écrivain’. Vu la grandeur de la bosse, le professeur devait tout écrire à la craie ou à la plume… C’était une manière très ancienne de faire et rien qu’en regardant l’accoutrement de la personne, on voyait qu’il avait été élevé sévèrement. Chacun ses problèmes…

Derek aurait pu parier qu’avec de si vastes et grands coups de stylos dont faisaient preuve la main du professeur de français, il aurait pu tuer quelqu’un… Le geste était répétitif, et le rouge couler à flot. Quelque chose de moins machinal attira l’attention du psychologue qui vit que le professeur semblait ‘éviter’ une copie. Une de ses nombreuses fois où le professeur avait remis cette mystérieuse copie à la fin de la pile, le blond avait mal placé la copie qui était donc en évidence sous les yeux de Derek. L’attrapant et jouant de son sourire taquin, il lit la copie de long en large en la secouant dans tous les sens un air béa au visage. Prenant sa voix la plus enfantine, il déclara en rendant la copie au professeur :

« Professeur, professeur, il me semble que vous avez oublié cette copie. Il serait fâcheux que ce pauvre élève ne connaisse jamais le résultat de son dur labeur ! »


Comme il avait prévu, le blond s’insupporta devant le nombre exubérant des fautes que les élèves faisaient. Mais ses prédictions ne furent confirmer que quand il vu le jeune adulte se lever pour se servir un café. Dans ses cas de psychologie, chez les gens qui n’expriment presque rien, le seul moyen de confirmer ses hypothèses et de les voir à l’action faisant quelque chose qui briserait plus ou moins gaiment leur monotonie. Et pour le professeur de français, c’était un café. Ce qui était sûr c’est que ce genre de ‘passe-temps’ était tout sauf divertissant…

La réponse se faisait tardive et sans la présence de contact visuel de la part du blondin, ce qui était prévisible. Sa définition était encore plus fantaisiste et libertine que le psychologue se l’était imaginée. Avait-il misé juste sur le passé de son collège ? Il se pouvait bien. Toutes les suppositions que Derek avait mis sur la table étaient tombés juste, et ça n’arrangeait rien pour l’orgueil de celui-ci. Qu’on le traite de singe ne l’affectais pas. On l’avait déjà traité de bien pire que ça en commençant par sa famille. Derek était maintenant insensible aux insultes.

« Voilà ma foi une définition bien libéré et insouciante qu’on ne pourrait vous croire capable de penser. En me traitant d’animal, vous oubliez que la plupart ont une intelligence plus développé que l’homme et que dans le cas plus spécifique du singe, celui-ci n’éprouve aucuns préjugés pour ces prochains, ce qui le rend beaucoup plus tolérants que nous autres humains. Que je puisse vous divertir par mes faits et gestes n’est qu’accessoire. Tant que moi je m’amuse, je me fous du reste »


Comment se faisait-il que tu connaisses des choses sur les singes ? Culture général oblige ! Tout ce qui était du domaine de la culture, toutes les choses possibles à apprendre et même plus généralement s’instruire était fait pour toi. Pour le commun des mortels, travailler et apprendre son des tâches ingrates et ennuyantes. Pour toi c’est le plus amusant. Tu travailles et te divertis en même temps. De toute façon dans cette société où on ne sait plus prendre le temps de se divertir, autant se divertir de son quotidien non ?

avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Sam 8 Juin - 21:16

Le blond allait répondre sans aucune réaction "Je suis libéré, mais pas insouciant" Quand la feuille... Comment ce con de psy avait pu la prendre sans qu'il s'en rende compte... Mark releva lentement la tête sans réagir et saisit la copie délicatement entre ses doigts. il tira ensuite d'un coup sec et le mouvement de son épaule fit voleter les mèches blondes. Certaines se coulèrent naturellement contre son torse tandis que les autres retournèrent en arrière. Ses cheveux, c'était bien LA chose qui agaçait le plus l'italien sans qu'il n'ait jamais voulu les couper. Enfin, la chose, en objet, hmmm ?... Le professeur rentra finalement dans le jeu du psy et plaqua le papier rempli d'encre sur la pile de dissertations, beaucoup de mèchent glissant alors autour de son visage trop figé

Vous avez raison, cela serait absolument regrettable

Comme il s'y attendait, cet élève n'avait fait aucune faute, ni de grammaire, ni de conjugaison, ni de formulation, rien. Absolument rien que le blond puisse lui reprocher, et ce constat le rendit passablement irritable. Mais comme toujours, rien n'était visible, car il ne devait plus faire ce genre d'erreurs. Mais parler d'amusement lui avait fait remarquer qu'après une dure journée de labeur, il avait le droit de se détendre et que cette conne d'Iris avait foutu tous ses plans en l'air... Après cette relation logique plus qu'effarante, le blond repoussa une énième fois ses cheveux en arrière et dit doucement

Parfait, comme toujours

Aucune animosité dans sa voix, aucun sentiment en fait. C'en deviendrait presque monotone. L'italien rassembla ses copies puis en tapota doucement la tranche sur la table basse, il reboucha l'encrier et retroussa les manches de la chemise bouffante blanche pour laver sa plume. Avant ça, il se souvint de la présence du psy, même s'il s'en foutait, genre complètement. Il ouvrit le jet d'eau froide et frotta doucement l'extrémité bleuie de cet ustensile qui le suivait depuis des années maintenant. Le bout des doigts plein d'encre, il essuya précautionneusement l'embout de sa plume et se lava les mains puis remit ses manches correctement, ce seul vestige de ses parents qu'était son habillement et quelques objets... Le blond rangea le tout dans le sac vieux jeu qu'il trainait depuis.. Oula, des années, mais il n'avait pas envie de le changer. Il finit par se dire que si on lui avait attribué un casier, il pouvait s'en servir comme il voulait et rangea la mallette dedans puis chercha rapidement un moyen de sortir en balayant la pièce du regard. Et inévitablement, les yeux vairons se heurtèrent à ce brun détestable... Malheureusement, aucun échappatoire en vue. Mark se rassit dans son fauteuil en croisant les jambes et finit par dire

Bon, et comment on va sortir d'ici ?

Plus il se disait qu'il ne pourrait pas sortir d'ici et plus il voulait partir pour s'amuser dehors. Réaction bien humaine, me direz-vous... Le blond entrouvrit les lèvres pour laisser passer un soupir inaudible et se releva en frôlant délibérément, avec un angle et une vitesse calculée, le bras du psy qui commençait à l'embêter sérieusement à jouer sur sa chaise qui tourne. Il était froid, très très froid, certes, mais être froid n'empêchait pas d'être tactile, en tout cas pas Mark. Mais pour l'empêcher de faire ce qu'il voulait, il faillait se lever tôt, très tôt. Le contacte disparut aussi soudainement qu'il avait commencé et le blondi s'intéressa bien plus à la poignée de la porte, essayant de voir ce qui clochait avec celle-ci

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Lun 26 Aoû - 14:06

Encore une fois, le professeur de français remit en arrière ses cheveux. Savait-il combien de fois il l’avait fait depuis la petite demi-heure où il avait eu le malheur d’avoir la compagnie de notre psy-chopathe ? Exactement 96 fois ! Oui, Derek avait compté, oui, il ne savait pas comment s’occuper mais qu’importe ! Il s’étira tout du long, comme un chat puis tourna sa chaise faisant dos au professeur. Quand il se retourna, celui-ci rangeait les copies dans une mallette mais la mallette… Derek était presque certain que son grand-père avait la même depuis petit garçon. ZE mallette. Il ricana intérieurement en pensant aux nombres d’antiquaires près à se battre pour ce ramassis de cuir.

Pendant une bonne dizaine de minutes, le psychologue avait formulé mentalement toutes les hypothèses possibles et imaginables de comment un sac si vieux pouvaient encore tenir sous trois tonnes de copies d’élèves. Il songea aussi que le professeur pourrait le présenter aux scientifiques car ce sac repoussait tout bonnement les lois de la physique. Lors de ses réflexions mathématiques, mes fois fortes inutiles, le professeur dans son dos n’avait LUI pas chômé. Il avait même eu le temps de frôler le bras de Derek, même si il restait impassible et faisait mine qu’il n’y avait eu aucun contact. Derek sourit en le provoquant du regard, bien qu’il sut que le blond ne réagirait pas, même si il n’afficherait aucunes expressions de désagrément il était parfaitement im-po-ssible de résister à la haine qu’inspirait le méprisant sociopathe. C’était un chieur professionnel, y a pas mieux sur le mieux sur le marché, ahaha, ça je vous le garantis !

L’autre homme attira l’attention de Derek sur la porte. Vous allez rire, mais Derek avait déjà oublié qu’ils étaient informés.

« Comment ?! Vous n’aimez pas ma présence ? »


Le psy préférait adopter l’attitude de l’idiot crédule même s’il savait, et il n’en était pas peu fier, qu’il était insupportable. Il se leva de son siège passa ses mains sur les yeux du littéraire.


« Alors un professeur aussi intelligent que vous ne sait même sortir d’une chambre close ? On a par exemple la solution de faire du bruit ou de défoncer la porte. Ca ne vous est même pas venu à l’esprit ? »




avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Lun 26 Aoû - 14:35

Pitié, que quelqu'un arrive et ouvre cette foutue porte... Iris en verra de toutes les couleurs lorsque le blond sortira, ça c'est sûr ! En plus il était d'un bruyant... Atroce... Mais Mark avait l'habitude des hommes étranges et bavard. Sauf que normalement, il avait le droit de les faire taire... Enfin bref ! Le commentaire du psychologue, car il était absolument sûr que c'en était un à présent, faillit lui arracher un sourire. Il voulait jouer à l'idiot ? Soit, le blond allait être franc. Il s'adossa à la porte, les bras dans le dos, et dit d'une voix douce que... Que personne ne lui connaissait. Je pensais même pas ça possible

Ce n'est pas ça, j'apprécie votre présence. Mais... Je comptais sortir ce soir, et ce n'est pas en restant coincé ici que je vais pouvoir le faire~

Oh-Mon-Dieu... Mark est mort, c'est ça ? Hein ? C'est pas lui ? C'est forcément pas lui ! Déconnez pas ! Bon, il n'était pas totalement perdu non plus, il n'avait pas souri... Manquerait plus que ça... Le plus surprenant restait à venir en fait, gardez le pop-corn. Mark n'avait pas bougé d'un millimètre lorsque le psy avait passé les mains sur ses yeux. Il les cligna un peu tout de même, pour être sûr qu'ils étaient toujours là, mais ne réagit pas plus (on sait jamais après tout hein). Le blond écouta ensuite ses arguments sans sourciller mais ne put s'empêcher d'y répondre avec une pointe de sarcasme

Je laisse le soin de crier aux gens bruyants comme vous~ Et je suis bien trop frêle pour défoncer une porte, ça me briserait. Et puis de toute façon, les chambres closes, vous devez y être plus habitué que moi

Si c'était un humain normal, il aurait souri d'un air adorable, il aurait même rit un peu, en retournant vers le milieu de la salle à cause de la proximité. Mais Mark est Mark. Il était resté absolument stoïque et ne bougea pas d'un iota, sauf si le psy se mettait en tête de crier ou défoncer la porte. Le professeur se frotta un oeil distraitement, se demandant si c'était possible d'avancer encore à moins de l'écraser contre cette foutue porte fermée

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Emilio Cavalone le Ven 6 Sep - 19:06

Emilio arrivait enfin devant le bâtiment principal, pas trop tôt! C'était sa première journée et il s'était débrouillé pour presque arriver en retard. Il était excité d'être dans un nouvel endroit, surtout qu'il savait que Mark s'y trouvait, alors raison de plus pour vouloir arriver le plus vite possible, malgré tout. Ce qu'il  avait enfiler ce jour-là lui donnait l'air du professeur d’éducation physique modèle, les shorts bleu marine, le petit manteau de printemps dans les mêmes couleurs, des souliers de course et les incontournables chaussettes blanches! Comme il ne connaissait pas trop l'endroit, il arrête au secrétariat, pour voir si on peut l'aider. Ses prières sont exaucées par une jolie secrétaire. À sa vue, elle rougit, mais garde tout de même un petit sourire. Emilio ne peut que lui sourire en retour et s'explique tout de suite. Dans un hochement de tête, le petit bout de femme commence à marcher. L'italien, en bon gentleman, tente de lui faire la conversation, alors qu'elle lui montre un peu autour. Ils discutent un bon moment, si bien qu'il apprend qu'elle se nomme Iris.

La dénommée Iris lui fait une visite guidée qui passe par plein d'endroit. Depuis certaines fenêtres, elle lui montre les bâtiments en annexe, comme la piscine, les différents terrains, l'aréna etc. Les corridors sont vides, heureusement, mais leur pas résonnent, clamant leur venue dans cette direction. Emilio lui demande alors s'il y a un local pour le personnel, ce à quoi elle lui répond d'une voix mal assurée, que ce n'est pas le moment d'y aller. Le brun insiste, lui expliquant que le réveil a été dur et qu'il voudrait un café. Elle fini par accepter et le guide jusqu'à la fameuse pièce. Iris arrête devant la porte et lui tend la clé en disant que c'était mauvais pour sa santé ce qui se trouvait à l'intérieur, puis lui dit de venir la lui reporter avant de quitter. Il lui sourit et promet de ne pas oublier. La jeune femme disparaît dans un cliquetis de talons. Il se tourne vers la porte et insère la clé dans la serrure pour enfin ouvrir la porte. Il pouvait presque entendre les cris de la machine à café.

Il ouvre donc la porte, mais il y a un poids alors il donne un grand coup, réussissant finalement à l'ouvrir. Devant lui, il  y a un brun et un blond étendu de tout leur long sur le sol. Il observe ce dernier un moment avant de finalement ouvrir la bouche. Il espérait tellement pas se tromper.

Mark?

Il fait quelques pas vers lui au cas où, mais ignore le brun totalement.
avatar
Emilio Cavalone

Messages : 9
Date d'inscription : 29/08/2013
Localisation : Quelque part où tu veux pas savoir...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Mer 11 Sep - 14:28

Le psychologue et le professeur s'étaient considérablement rapprochés de la porte sans vraiment le remarquer. Derek bruyant ? Ça dépendait des contextes et surtout, évidemment, de la compagnie. Imaginez ce type, blond et surtout d'un autre siècle sortir pour "s'éclater" dehors, ça sortait de l’imaginable. Enfin bon, après tout rien ne choquer Derek. Où serais-ce plutôt rien ne devait le choquer, puis qu’avec un métier comme le sien il le fallait ? Dénouant ses mains des yeux du professeur, Wades vu que la poignée bougeait. Se pouvait-il que la salle n'ait jamais été close ? Ça semblait absurde mais après tout, ni lui ni l'italien n'étaient allés vérifier si ils étaient vraiment enfermés. Quelle drôle de situation... La poignée ne s’abaissa pas mais la porte si et ce sur Derek et Mark. Projeté à terre, le sourire du psychologue partit même pendant un temps, surpris par les évènements. Quand il réussit à s'installer plus confortablement sur les coudes, Derek cilla vers le nouveau venu qui interrogea le professeur. Mark ? Après tout Derek n'avait jamais était doué pour lire le prénom des gens sur leurs visages. Ce qui importait, c'est que l'homme connaissait le blond. D'un sourire pervers (sadique, c'est tout. Quoi que...), le psy enroula ses bras autour du cou de celui-ci en l'attirant très légèrement vers lui. Il rapprocha ses lèvres jusqu'à ce qu'elles effleurent l'oreille de l'italien puis dit suffisamment fort pour que l'inconnu n'en perde pas une miette :

« Quelle dommage que nous devions nous arrêter là. Où se trouve ta chambre déjà ? »

avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Mer 11 Sep - 14:49

Il n'avait rien remarqué, ni la poignée qui tournait, ni la porte qui s'ouvrait, il avait encore moins vu venir le coup dans son dos à cause de la porte... Un peu sonné. Pauvre Mark. Se retrouver projeté sur son collègue, allongé par terre, sur le psy, à moitié sonné, sur le psy, devant quelqu'un d'autre, sur le psy, devant quelqu'un qui le connaissait, SUR LE PSY ! Ce n'est qu'à ce moment que le pauvre blond se rend compte de la situation et essaie de se redresser, mais trop tard. Le brun l'enlaçait déjà... Hein ? L'italien a raté combien d'épisodes ? Depuis quand ce foutu psy se permet de le serrer dans ses bras ?... Il avait arrêté de sourire pendant quelques secondes, ça le rendait plus humain... Presque.. Presque jusqu'à empêcher le blond de ne pas se préoccuper de lui ? Ouais, peut-être. Mais ce salaud profitait de la situation, son souffle chatouillant l'oreille du blond et lui réprimant un frisson. Agacé, il essaie de se détacher de lui en protestant

Arrêter quelque chose qui n'a pas commencé ? Pourquoi pas

L'italien tourna la tête rapidement, trop rapidement, et n'était pas assez remis du choc pour se "souvenir" de l'endroit où il était, avec un idiot qui respirait son oreille ! Il n'aurait pas du tourner la tête... Nan... Parce qu'il lui manquait des neurones à ce moment-là et tourner la tête était dans la trajectoire de la bouche de ce stupide psychologue tournant h24 pour une pub de dentifrice... Déjà qu'il était plutôt mal à l'aise de se retrouver allongé sur ce taré, ce dernier truc n'était vraiment pas une bonne chose. Donc parler serait LE truc à ne pas faire, donc pas se justifier et laisser son bras-droit sans réponse. Le blond restait immobile, n'osant même plus bouger pour se dépêtrer de cette connerie, simplement affreusement gêné

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Emilio Cavalone le Lun 23 Sep - 17:18

Emilio se demande un instant pourquoi le blond devant lui ne réagit en entendant son prénom. Dans un état de doute total, il regarde encore jusqu'à voir le brun enlacer Mark pour lui chuchoter qu'ils doivent malheureusement s'arrêter là et lui demande où se trouve sa chambre. Il n'est pas dupe et comprend les allusions dans les phrase ainsi prononcées. Ça ne lui en prend pas plus pour entrer dans un état de colère sans nom. On avait osé toucher son patron et devant lui en plus! C'était la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Il passe d'un coup le bras autour de la taille de Mark avant de le poser rapidement à côté de l'inconnu qui avait commit ce délit.

Milio se retourne pour lui faire face, le regard noir. Il n'aurait pas dû faire ça, mais il était trop tard pour le brun. Avant qu'il ne sache ce qui venait de se passer, il lui décroche une droite dans la figure et assez fort en plus. C'est pas parce qu'il est nageur qu'il ne sait pas donner un bon coup de poing à la bonne place. Il réplique, toujours pas plus calme:

-T'avise pas de reposer tes pattes sur lui ou ça va être pire!

On dit qu'on a pas une deuxième chance de faire une première impression et l'homme sur le sol avait décidément assez bien raté la sienne auprès du prof de natation.
avatar
Emilio Cavalone

Messages : 9
Date d'inscription : 29/08/2013
Localisation : Quelque part où tu veux pas savoir...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Lun 21 Oct - 20:03

Décidément ce début de soirée devenait de plus intéressant. Le professeur de français semblait se décoincer un peu et se dévoiler plus facilement. Mais la venu d'un homme aux cheveux ébène donna à cette simple rencontre de routine un tournant ma foi fort amusant. Rien que la gêne qui planait dans les airs, bien sûr invisible sur les visages mais bien présente aux moindres faits et gestes du blond se trouvant sur Derek faisait rire intérieurement le psychologue. Mais il y avait autre chose que ressentait Wades à cet instant, un sentiment qui s'opposait à l'amusement qui l'envahissait, comme de la frustration et... de la douleur. Le psychologue n'était plus maître de ces états d'âme, il ne savait pas ce que signifier cette sensation. Ou en fait il ne voulait juste pas le reconnaître car cette boule dans le ventre remettrait en cause toute sa façon de vivre et ce depuis qu'il avait quitté le lycée...

C'était frustrant et sans qu'il ne s'en rende compte, Derek ne souriait plus. La partie était terminée, sa maladie remontait à la surface, il avait besoin de se cacher. Il était inadmissible que des gens le voient dans cet état-là, surtout pas le nouveau jouet qu'il s'était lui-même attribué. D'une certaine façon le baiser involontaire de l'italien sauva le psychologue d'une dérive et d'une violente implosion. Tel le baiser que donna le prince à la princesse. Bien que Mark n'avait rien d'un prince et Derek rien d'une princesse (quoi que... /PAN/). Ça n'arrangea pas le moral de Derek et ne fit qu'empirer le sentiment déjà présent mais l'espace d'un instant les deux prince et princesse furent si choqués qu'ils ne pensèrent plus qu'à ça...

Derek reprenant ses esprits avec un sourire un peu tendue, ce ne fut que le temps de se prendre les deux coups de poing du jouet de son 'jouet'. Du moins c'est ce qu'en avait déduis le psychologue en voyant l'attention si flagrante du brun pour le blond qui n'était pas vrai dans le cas inverse... Comme tout homme Derek se plia de douleur mais serra les dents dans un sourire sarcastique à son extrême. Les laissant à terre, le psychologue se releva, se mordant la langue pour se focaliser sur la douleur de sa langue et non celle en dessous de la ceinture. S'installant confortablement dans le canapé, tel un roi, il croisa ses mains majestueusement.

« Si vous n'étiez pas aussi obnubilé par votre jalousie, vous auriez vu que ce n'était pas moi qui avais pris initiative du baiser, très cher fougueux collègue. Au moins vous pouvez être rassuré : vous êtes à votre place, ici, à mes pieds  »


D'un sourire triomphant, l'anglais reprenait les reines bien plus à son aise désormais. Pour illustrer ses propos Derek avait tendu sa chaussure à quelques millimètres de l'agresseur, le laissant admirer la brillance comparable à celle de son sourire. En haussant les sourcils, il donna un violent coup de pied dans le visage de son offenseur, un sourire moqueur, pestant, fier et arrogant. Puis en s'avançant sur la banquette, il s'empara du bout de la chemise de l'ami du professeur et dans un mouvement de rotation du crâne il susurra entre ses dents quelques mots avant d'envoyer un coup de pied dans les parties du jeune homme, toujours avec un sourire impeccable :

« Et ça c'était pour tout à l'heure. Je m'appelle Derek Wades et on ne me la fait pas, à moi. »
avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Mark Dutt le Lun 21 Oct - 20:48

En une fraction de secondes, des bras avaient entouré sa taille et il s'était retrouvé sur ses deux pieds, soutenu par Emilio... Dieu, il avait oublié à quel point son bras-droit était fort... En fait il avait déjà oublié tellement de choses que c'en était affligeant. Le blond recula contre un mur, le plus proche possible, tandis que le brun frappait l'autre brun avec une violence presque touchante. Pourtant, le professeur avait vu le visage du psy sans son sourire stupide... Et il avait du mal à se sortir cette image de la tête. Même s'il savait que ce dernier était humain, qu'il n'était pas qu'arrogance, Mark n'arrivait pas le prendre en pitié... Parce qu'il avait vu tant de choses déjà, trop de choses sûrement.

Oh non, ne replonge pas là-dedans toi, c'est hors de question. Pas devant cet imbécile, ni devant Milio, tout à l'heure si tu veux, mais pas maintenant. Oh que non. Ferme les yeux très fort, pense à autre chose. Tout va bien, tout va bien, tout va très bien bordel... Tu n'as pas la nausée, ta tête ne tourne pas, les paroles de "Derek" ne t'affectent pas, tu n'as pas peur pour Emilio, tu ne te sens pas coupable, tu n'as pas de remords, tu n'as pas de s... Stop, ça suffit. Ne te souviens pas, ce n'est ni le moment ni l'endroit.

Il ne s'en était pas rendu compte, mais le visage de porcelaine était enfoui dans ses mains, couvertes pas les cheveux d'or. Aah, c'était hors de question, il n'allait pas faire cas de ces conneries maintenant, si ? Il jeta un oeil au corps de Milio au sol puis s'obligea à respirer (il venait de remarquer qu'il était en apnée depuis deux bonnes minutes) Il se décolla ensuite de la surface solide qui l'empêchait de totalement sombrer et se dirigea en soupirant vers le psychologue. Il se plaça entre les deux et releva Emilio sans tourner le dos à "Derek Wades" puis parla autant pour l'un que pour l'autre

C'est une méprise regrettable. 'Milio, lui et moi n'allions rien faire nulle part, et vous, arrêtez de dire des conneries, même si ça vous amuse de vous faire des ennemis. Oh mon dieu, pourquoi je suis parti déjà ?...

Lui qui s'était toujours désintéressé du travail de médiateur... Il pensait son bras-droit plus calme que cela, tout de même... Ça ne le décevait pas, il n'avouerait jamais que ça lui faisait plaisir de voir à quel point le brun prenait sa défense, mais il ne croyait pas qu'il aurait si peu de retenue.

_________________


Mark's color = #87cefa

Nawak':
avatar
Mark Dutt

Messages : 42
Date d'inscription : 21/11/2012
Localisation : Accroché à son portable

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Emilio Cavalone le Jeu 24 Oct - 13:46

Emilio ne pensait pas que le psycologue aux tendances douteuses ne risposterait suite aux coups dont il l'avait gratifié pour avoir osé toucher son précieux patron. Pour le coup de pied, s'il visait le nez, alors il avait aucune notion de vise car il toucha son front au lieu de ça. Se tenant le nez en pliant un peu, il ne portait pas plus que ça attentionj aux paroles de Derek. Il n'avait qu'une seule envie, le frapper encore plus fort. Faut croire qu'il avait été plus vite que lui, cette fois, car il visa cet endroit particulièrement sensible de l'homme. Ça n'en prit pas plus pour l'italien avant de finir sur le sol, ses mains posées sur l'endroit douloureux de son anatomie. Pendant qu'il cuvait sa souffrance, Mark vint jusqu'è lui pour le relever. Comme il avait encore assez mal, il se retient sur lui d'une main alors que l'autre soutenait son orgueil endolorit.

Le psy, l'air plutôt arogant dans son coin, ne faisait qu'amplifier son envie de le frapper. Une idée lui passe dans la tête. Il ignore un moment celui dont il aurait volontairement refait le portrait pour poser les yeux sur le blond. Posant une main sur le menton de se dernier, il vient l'embrasser. Pas qu'il ne voulait pas le faire avant, mais maintenent lui semblait un bien meilleiur moment pour le faire. Ça ne dura que quelques secondes, mais ce fut suffisant pour que le prof de natation puisse reporendre ou il en était avec son nouvel ennemi. Pas mal comme nouveau reccord, quelques minutes! Il approche rapidement de Derek et le soulève par le col de sa chemise. Cette fois, ce fut un coup de genou bien placer que reçu l'arogant personnage, coup qui provoquait une coupure de souffle chez la victime avant que le nageur ne le projete au sol en rétorquant:

-Tu ignores qui est ton adversaire....fais attention....

Il lui pile sur le torse, n'aidant pas sa respiration déjà difficile et ajoute:

-j'espère que je ne répèterai pas....compris?

Il vient passer un bras autour des épaules de Mark, sans rien faire de plus.
avatar
Emilio Cavalone

Messages : 9
Date d'inscription : 29/08/2013
Localisation : Quelque part où tu veux pas savoir...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Derek Wades le Mar 26 Nov - 20:36

Derek portait un regard méprisant sur la scène, peu attendri par les retrouvailles des deux compères italiens. Il voyait dans les gestes que le professeur de lettres qu'il le connaissait bien, c'était certain. Le surnommé "Milio" enchaina les coups sur le psychologue sans que celui-ci ne témoigne de la douleur sur son minois, ou du moins de la vive douleur. Par fierté, il ne baissait pas les yeux de son agresseur, bien qu'il se soutienne un peu, par réflexe purement biologique. Si ça n'en avait tenu qu'à lui, il se serait bien passer de le faire, mais avant d'être lui, Derek, il était homme et engendrait les méandres de son espèce. Son regard perçait de toute part les yeux bleus du second, rieurs et provocants à souhait, toujours accompagné de son éternel sourire qui avec cette sorte de regard donnait une impression d'ardeur. Et pourtant, le psychologue se fichait bien de cet individu pour le moins qu'il n'arrête de le frapper. Il défendait son territoire, réaction normale et animale. Ce n'était pas lui qui pouvait se jouer du psy mais bien le professeur.


« Ce n'est rien, que des coups. Vous êtes professeur de sport, ça se voit à votre carrure et à votre psychologie d'affaiblir ses ennemies par de simples coups je reconnais bien une âme jeune et ignorante.  »


Il tourne la tête vers Mark, lui adressant un sourire resplendissant avant de reporter son attention sur le jeunot qui ne le lâcher pas. Il cala son genou dans les côtes du brun pour se dégager de lui et se leva, un sourire bien plus mince, profitant de sa hauteur pour le fusiller du regard. Puis en replaçant sa chemise correctement il dit :


« Oh bien mince alors, regardez dans quel état vous êtes ! Qu'en penserait votre mère ? Et non seulement vous ne pouvez pas vous tenir mais en plus vous embarquer les autres dans vos conneries. Bien, très bien ! Il se penche vers lui, rapproche son visage du sien, je me ferais un plaisir de rééduquer tout ce beau monde, après tout n'est-ce pas mon métier ! Et arrêtez donc de gigoter comme ça, ce n'est pas comme si vous aviez le choix. »


Il gratifie à nouveau le blond d'un sourire, lui donnant un tape sur l'épaule lui susurrant des mots à l'oreille que l'entraîneur ne peut pas entendre. Le littéraire  est bien moins amusant quand il est en compagnie de son fou, tant, qu'il en perdrait de sa jeunesse. Derek tourne la poignet et se retourne une dernière fois, saluant les deux amants d'un vague signe de main militaire puis sort de la salle d'un pas assuré. Cette académie promet, et Derek vous en promet tout autant, croyait moi !



[HRP : pour moi c'est terminé, encore désolée pour le retard de ma réponse, je vous laisse donc le choix de la fin et/ou la continuation du RP, dans tous les cas sans Derek. C'était un plaisir de RP tous les trois, à une prochaine fois ^^]
avatar
Derek Wades

Messages : 22
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Dans son fabuleux fauteil tournant

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I don’t want help you… But I really have a choice ? [Will’]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum