De la théorie à la pratique [Alex']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Utau Cullen le Lun 17 Juin - 17:11


Le danger attire naturellement l’humain. Ou l’attire dans le sens inverse, un peu soit-il qu’il le dérange. L’imprudence, la peur mais avant tout l’adrénaline s’accapare des humains les obligeant à réagir. Je partis dans cet état d’esprit pour ma journée, effrayée mais surtout très excitée. Après une semaine de réflexion intense, pesant le pour et le contre, je me décidais enfin à aller voir ce mystérieux jeune homme rencontré au lac.   J’avais toujours été très prudente, méfiante et prévenante mais ainsi, aller voir quelqu’un sans vraiment, voir pas du tout le connaître, c’était nouveau. Quelle était cette ivresse qui s’emparait de mon corps ? Cette délicieuse folie qui me dévorait de toute mon âme ? Ce doucereux penchant à aimer l’imprudence, découvert depuis si peu. La petite fille sage se mettait à la débauche ? La fin de cette privation sonnait comme une libération. J’étais libérée, exubérante mais je me sentais soulagée d’un poids que je m’imposais depuis ma naissance. Ainsi la journée parut longue puisque mon attente était impatiente.

Un sourire ne quitta pas mon visage de la journée, tant bien que peu habituée à en garder un aussi longtemps, j’étirais à l’aide de mes doigts les coins de ma bouche pour détendre mon visage. Je profitais de l’absence de Yui qui était à l’entraînement pour étaler un peu partout mes tenues et prenant de l’espace. Je n’avais pas entraînement aujourd’hui, le contrôle technique… Je grondais au fond de ma gorge mais finis rapidement ma démonstration de colère en pensant que j’avais beaucoup plus de temps pour me préparer et pour me reposer. Je m’étalais sauvagement sur mon lit, de toute ma longueur. On nous traite souvent pour des flemmards et des simplets, nous les sportifs mais il ne faut pas oublier tous les efforts qu’on doit procurer ! Travailler de façon réduite et accélérée pour avoir un niveau équivalent, voir plus fort que les lycéens  normaux tout en persévérant dans notre discipline pour caresser l’espoir des jeux olympiques.  Il ne faut pas ignorer le côté de la chose…

Mes pieds mouillés atterrir sur la serviette. En attrapant une au hasard dans mon armoire, je l’enroulais autour de moi. Je me regardais à la sauvette dans le miroir en fasse de moi, passant mon pouce sur mon front en songeant qu’il fallait que j’hydrate un peu plus ma peau. Un quart d’heure après, je me retrouvais devant le dilemme qui frappait toutes les filles quelque soit leur âge : comment est-ce que je vais m’habiller ? Aller au bar n’était pas la chose que je faisais le plus puisque j’associais au bar une estime assez minable. J’allais à un concert et de cela plutôt rock voir hard rock, il fallait que je m’habille en conséquence. Dans cette idée, ma tenue se forma avec évidence dans mon esprit : rangers, collants filet, veste perfecto en cuir noir au dessus d’un tee-shirt ample blanc chiné un peu trop long pour un tee-shirt et un peu trop court pour une jupe abordant l’inscription « I’m not an asocial, society is anti me ». Avec des bracelets cloutés, un rosaire, je m’attaquais à ma coiffure. Je songeai à crêper mes cheveux, mais savais hélas que j’étais trop lente à ça. Finalement j’ondulais la fin de mes cheveux en les gardant en forme de tresses toutes l’après-midi puis les détachèrent.  Avec un coup de crayon, que je remarque un peu lourd après, du mascara, un blush et un rouge à lèvre rouge vif, je tourne sur moi-même. J’attrape mon sac à main puis pars pour le bar.

Tout le monde est bruyant, j’attends au bar sur une chaise tournante en parlant au barman. Apparemment, à la même table que moi, une fille au look impeccable a dérangé les Skull Saders en plein milieu d’un morceau. J’exprime mes plus amples sentiments de frustration. Je m’imaginais sur scène, le stress déjà bien haut et là une fille perturbant mon champs. Je pense que je serais presque capable d’aller lui casser la gueule si je ne tremble pas trop. Un son retentit derrière moi puis je me retourne avec impatience.

_________________
And now I'm burning a Highway to hades
avatar
Utau Cullen

Messages : 164
Date d'inscription : 11/10/2012
Age : 17
Localisation : Dans ses pensées

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Adrian A. von Lok le Mar 18 Juin - 19:08

Une semaine, cela faisait une semaine jour pour jour que le chanteur des Skull Saders avait donné rendez-vous à la demoiselle du lac, une semaine qu'il se représentait avec ses amis sur la scènette de ce bar, une semaine et Adrian avait perdu l'espoir de la revoir dans cette salle. Il se contenta de grogner vaguement un truc au barman qui lui servit immédiatement une limonade bien fraîche et absolument délicieuse. Alvis le rejoint en souriant et le serra contre lui jusqu'à ce que l'allemand se mette à bouger violemment pour se dégager, obligeant le bassiste à reculer. Sacha regardait la scène de loin, se moquant gentiment des deux amis. Le travesti finit par s'asseoir à la gauche du brun et le bassiste s'assit à la droite d'Adrian *Bah voilà, j'suis bien entouré maintenant* Son agacement était presque palpable et c'en était étonnant, il était pourtant resté le même, soit une putain de statue avec un masque en granit. Alvis allait dire quelque chose quand Sacha le devança et se mit à parler. Il était dos au bar et regardait l'allemand du coin de l'oeil

Tu devrais sortir avec Al', faudra bien oublier ta copine

Adrian resta silencieux et vida son verre d'un trait avant de dire doucement, toujours aussi énervé

Ce que je fais de ma vie me regarde, Sach'
Je dis ça pour toi, tu sais
Je sais

Le guitariste resta silencieux un moment et se remit correctement sur son siège. Ils terminèrent en silence leurs boissons et Adrian se leva doucement avant d'aller s'effondrer dans les bras d'un Sacha qui ne savait plus quoi faire, se coltinant un regard affreusement noir d'Alvis et l'air intrigué du batteur qui venait d'arriver. Sacha dit doucement dès qu'il aperçu Gabriel

Gab' c'est pas moi, c'est lui qui, enfin, je
Pas besoin de te justifier, j'ai vu, Sach'
Mais je... Je vais le coucher

Il souleva doucement l'allemand profondément endormi et le porta jusqu'à un banc, dans les coulisses. Il s'assura que le chanteur était correctement installé puis retourna près des deux autres en soupirant doucement. Alvis était prêt à l'étrangler et se contenta de vider rageusement boisson sur boisson. C'est Gabriel qui, exaspéré par ce comportement enfantin, raisonna le bassiste

Écoute Al, Sach n'a rien fait, Dri' pensait que s'il s'effondrait sur toi, ça allait mal tourner pour lui
Mais je
Tais toi, t'as pas à lui imposer tes sentiments, ça le fatigue, ça se voit
... Hmf, je m'en fout ! Il avait pas à s'écraser sur ce
Sur ce quoi, vas-y, finis ta phrase !

Sacha ne s'était même pas empêché de crier, il ne gérait pas ce genre de comportements puériles que pouvait avoir son ami

'xcuse moi Sach ! Je, enfin
Ouais ouais, ça va, j'ai compris

Le guitariste partit s'enfermer dans sa loge tandis que Gabriel lui jetait un regard désolé. Il s'assit à la place d'Adrian et sourit à Alvis, ils commencèrent à parler de tout et de rien, puis la conversation dévia sur leur groupe, Sacha, puis enfin Adrian. Au bout de deux bonnes heures, Gab' rejoignit Sacha et le même procédé fut employé. Au final, les deux gamins s'excusèrent et Adrian choisit ce moment pour se réveiller. Il ne comprit pas tout de suite où il était et ses yeux sautaient d'un endroit à un autre jusqu'à ce qu'il se décide de se lever. Il trouva immédiatement Alvis, au bar, seul. Dans un soupir, il recula un peu mais le brun-roux l'aperçut et Adrian ne pouvait plus fuir. Il s'assit à côté du bassiste et commanda une énième limonade avant de dire brusquement

Pourquoi moi

Alvis resta un moment muet comme une carpe, cherchant à savoir s'il avait vraiment entendu ce qu'il avait entendu et essaya de dévier la question, sans succès. Doucement, il attira le chanteur contre lui et le serra dans ses bras

Ça s'explique pas... Toi, qu'est-ce qui va pas
J'attendais quelqu'un, qui n'est pas venu
Ah... Nouvelle copine ?
Une fille qui veut chanter, je voulais qu'elle nous voit

Un lourd silence s'imposa entre les deux amis, Adrian ne tentait même pas de se dégager de l'étreinte d'Al et sourit même très très faiblement

Si elle n'est pas là ce soir, je laisse tomber et je me reprends

Ils discutèrent ensuite vivement, plutôt débattirent, pour savoir qui de Jimmi Hendrix ou Hank Marvin était le dieu de la guitare. C'est avec un amusement certain que Gabriel et Sacha s'immiscèrent dans la conversation et le débat animé partit en éclats de rire, même de la part d'Adrian, pour une rare fois.

Les quelques heures restantes passèrent à une vitesse hallucinante pour les Skull Saders, Adrian ne parlait plus, Alvis et Sacha se lançaient des regards complices en échauffant leurs doigts puis ils sautèrent sur le chanteur qui se mit à gueuler qu'ils étaient cons, et que si même Sach' s'y mettait il (Adrian) allait bientôt en crever. Les trois autres se contentèrent de rire et le chanteur soupira doucement. Quelques minutes avant le commencement officiel, ils montèrent sur scène pour s'accorder. La salle était déjà assez pleine et le regard onyx était attiré inexorablement vers une chevelure soyeuse et légèrement ondulée qu'il reconnaîtrait entre mille. Le stress s'envolant d'un coup, il sentit dans son dos Sacha lancer le premier accord.

Le chanteur s'était rapproché du guitariste et ils se souriaient. Enfin, Adrian ne souriait pas, mais avec un peu d'attention à son égard et c'était simple de le deviner. Après un temps honorable, les musiciens quittèrent la scène et, dans les coulisses, Sacha et Gab' se remirent à rire sans aucune raison. Adrian se contenta de les remercier et partit s'assoir au bar, ne voulant qu'une chose : Une limonade glacée et absolument. Il se retourna brusquement, un gros bruit venait d'interrompre le cours de ses fantasmes citronnés, Gab' venait de tomber sur Sach'... Le bassiste le rejoint en souriant et ils se postèrent devant le barman avec la ferme intention de lui vider toutes ses réserves de limonade

Une fois un grand plateau rempli de verres dans les bras d'Alvis, les deux garçons se dirigèrent à côté de la demoiselle du lac. Adrian s'assit tranquillement à sa gauche et attrapa un verre pour en siroter tranquillement le contenu puis dit doucement


Convaincue, miss ?

_________________


Spoiler:
La vérité est celle que l'on veut bien voir
avatar
Adrian A. von Lok

Messages : 126
Date d'inscription : 15/10/2012
Localisation : Dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Utau Cullen le Lun 26 Aoû - 13:27

Quand j’étendis le premier accord, je me retournai automatiquement. Mes yeux cherchaient dans l’obscurité, le brun ténébreux. Je trouvais d’abords le guitariste qui regardait… Le chanteur ! Le première accord retentit, et quand j’entendis à nouveau la voix enroué et grave du chanteur, je souris. Tous mes doutes sur le fait que j’avais été imprudente d’aller dans un bar seul ou encore pour y voir un quasi inconnu disparurent. L’ivresse que j’avais ressentie depuis ce matin réapparut et je ne quittais pas des yeux le garçon du lac. Je buvais ses paroles pendant presque toute la totalité du concert. Par ma nature de bassiste, j’avais prêté attention au bassiste, qui ne jouait pas trop mal mais qui par des envies de frimes et de grandeur avait raté quelques accords. Le chanteur quand à lui semblait dans un autre monde, tout recroquevillé sur lui, qui se penchait tellement sur le micro qu’on ne le voyait presque plus. J’avais déjà été à plusieurs concerts mais ce qui était vraiment super ici, c’était la proximité des musiciens au public. Il y avait comme une barrière en moins. On avait vraiment l’impression de faire parti du groupe, de participer au chant, et je me sentais tout bonnement bien.

Quand la musique s’arrêta, l’adrénaline était toujours là. J’avais beaucoup crié pour acclamer les fameux Skull Saders. Pendant le temps du concert, j’étais montée sur le bar pour y voir plus clair. Quand le calme revenu sur le bar, les musiciens aux loges, je me commandais un cocktail, octroyant le fait que je n’étais pas majeure. Il fut un temps où je vivais en Angleterre où je regardais tous les matchs de foot avec mon père, descendant pizza et bière à une vitesse monstrueuse. Je tiens donc très bien l’alcool et même si je finissais la soirée grise, ce n’est pas comme si ça avait été la première fois. Je sirotais mon cocktail quand je vis le garçon du lac s’asseoir à côté de moi, le bassiste avec lui.  Encore une fois, il m’appelait miss et encore une fois ça me fit sourire. Je posais ma boisson.


« Si je dis non, qu’est-ce qui se passe ? »

Je ris, et alors je ne m'imagine pas autre part qu'ici. Je mis une petite pause histoire de le faire croire que je n’avais pas aimé puis finis par dire :

« Non, franchement, tu m’as… illuminé »  

Un clin d’œil à notre rencontre et à notre discussion du lac. Je m’avouais vaincu, chanter illumine les gens et ce soir, il m’avait illuminé. Je penche un peu la tête, récupérant ma boisson et attends sa réaction avec avis. Même si il ne réagira pas sur son visage, ses paroles sont bienfaisantes sur moi. Alors peut-être que c’est du simple plaisir égoïste mais j’ai envie que cette ‘amitié’ dure le plus possible.


_________________
And now I'm burning a Highway to hades
avatar
Utau Cullen

Messages : 164
Date d'inscription : 11/10/2012
Age : 17
Localisation : Dans ses pensées

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Adrian A. von Lok le Lun 26 Aoû - 15:14

On, elle semblait très heureuse. Tant mieux. C'est ce que le chanteur s'apprêtait à dire mais Alvis s'assit juste à côté de lui, près, TROP près. C'était plutôt perturbant, même pour Adrian la statue. Il ne reprocha cependant rien au bassiste, sa voix lui faisant un peu mal, et le laissa poser sa tête sur son épaule. Bon, ok, il était sympa mais il y a des limites tout de même... Il soupira doucement et vida son verre avant d'en prendre un autre de la dizaine étant sur le plateau. Alexander faillit sourire, avoir convaincu la miss de la véracité de ses paroles était une grande satisfaction. Après un petit temps dans le silence de leur conversation (parce qu'autour c'est la fête, les gens sont encore en plein dans le concert) il finit par répondre

Tant mieux, je suis soulagé, et aussi très content de t'avoir fait du bien... Hm, je pourrai avoir ton nom quand même ?

Il ne souriait pas, c'est vrai, mais n'importe quel abruti pouvait sentir qu'il souriait. C'était comme une aura apaisante autour de lui. Tellement apaisante qu'Alvis faillit s'endormir. Il releva la tête et fixa un moment Adrian puis souffla

C'est marrant, j'ai cru pendant un moment que tu souriais, 'Drian
Dis pas de conneries Al, et rendors-toi
OK


Le roux prit sa phrase au pied de la lettre et s'installa plus confortablement sur son épaule, enserrant sa taille comme on le fait avec une peluche. Le brun soupira doucement, se maudissant d'oublier assez souvent que le bassiste en faisait toujours cent fois trop et garda les yeux rivés sur la demoiselle

_________________


Spoiler:
La vérité est celle que l'on veut bien voir
avatar
Adrian A. von Lok

Messages : 126
Date d'inscription : 15/10/2012
Localisation : Dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Utau Cullen le Dim 22 Sep - 14:55

La plus que proximité de mon ami le chanteur et du bassiste de son groupe me frappa. Pour des hommes n’étaient-ils pas un peu trop près ? En tout cas pour les bonnes mœurs françaises non ? Moi j’étais moitié coréenne et moitié américaine donc ça ne me gênait pas. C’était simple, en Corée du Sud, l’homosexualité était considérée comme ‘à la mode’ alors ces deux-là étaient plus tendance qu’autre chose. Quand à mes origines américaines, ma tantine venait de San Francisco  soit la ville du drapeau arc-en-ciel par excellence. Si ce mystérieux garçon était gay ? Peut-être mais les deux jeunes hommes ne semblaient pas aussi proches. Dans ses deux paires de yeux, il n’y en avait qu’une qui pétillait d’attention plus spécifique et ce n’était pas ton ami-statue qui éprouverait une quelconque lueur !

Quand j’eus fini mon cocktail, je résistai à la pulsion de m’en reprendre un. D’une certaine façon, le fait d’avoir vu le brun commander des dizaines de limonade m’avait donné l’envie d’en boire une. En remerciant le barman, je piqua directement une tête dans mon verre. Des souvenirs accompagnés des morsures froides citronnées me subjuguèrent instantanément.  Ca avait un goût quasi identique à la limonade que les gamins des quartiers américains vendaient les jours fériés. Moi-même j’avais pratiquée cette tradition étant gamine. Relevant ma tête pour répondre à mon ami, je souris passant une main sous mon menton pour soutenir ma tête quand je me penchais en avant.


« Ne pas le dire aurait encore plus intéressant tu ne penses pas ? Enfin, enchantée, nous n’avons pas pu faire plus amples connaissances, je m’appelle Utau et vous ? »

Une bouille angélique, je ris de mes dires. Puis un instant que je me rêvassais, les yeux posaient sur le duo de choc positionné devant moi, je redeviens un peu plus sérieuse. Jouant avec la fermeture éclair de mon perfecto, je tournais sur mon tabouret doucement, les yeux au sol. Ce qui était sûre c’est que j’adorais la musique, ça certain. Un concert et mes yeux pétillaient. Mais au fond de moi je savais qu’il y avait un manque, un vide. Et comme tout humain j’essayais de combler ce vide. Mais une peur se mettait à travers de mon chemin, la peur d’être rejeter. Je savais que j’avais besoin de chanter, le plus souvent possible, tout le temps si c’était possible mais seule ça ne servait à rien. J’avais envie d’illuminer les gens comme l’avait fait le garçon du lac pour moi. C’était un vœu égoïste, un besoin purement humain de se sentir vu et apprécié mais au dessus de ce vœu la crainte envahissait mes veines à m’en faire perdre le chemin de mon cœur. Ma main droite se crispa autour du cuir de ma veste puis je plongea mes yeux bleus dans ceux de mon interlocuteur, décidée mais à la fois craintive je réussis à dire :

« Je sais que c’est égoïste, que tu pourras penser que je ne viens que vers toi par intérêt mais ce que je ressens est une amitié forte et fusionnelle. S’il te plaît, si tu penses comme moi, s’il te plaît aide-moi à illuminer les gens comme toi tu le fais. J’en ai réellement besoin… Mais si tu ne penses pas ainsi, je te conjure d’être honnête ne serait-ce qu’une fois avec moi et de décamper immédiatement car je n’ai ni le temps ni l’envie de répéter mes erreurs passées. »  

_________________
And now I'm burning a Highway to hades
avatar
Utau Cullen

Messages : 164
Date d'inscription : 11/10/2012
Age : 17
Localisation : Dans ses pensées

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Adrian A. von Lok le Dim 22 Sep - 17:19

Il laissait faire... Parce qu'il était gentil ? Non, Adrian n'est pas gentil, c'est juste que ça ne le gênait pas, alors il laissait couler. Et puis même s'il avait refusé, cet imbécile roux n'en aurait fait qu'à sa tête, comme d'habitude. Le froid de son verre engourdissait ses doigts, les bulles brûlaient sa gorge irritée par le chant, mais il ne lâcha pas sa limonade d'un quart de millimètre, surveillant le squatteur du coin de l'oeil. Utau, c'est un joli prénom. C'est sûrement ce qu'il aurait dit, mais au moment d'ouvrir la bouche, un ronflement sonore franchit celle du bassiste. L'allemand soupira fort et donna un coup de coude dans les côtes d'Alvis pour le réveiller. Squatter son épaule pour dormir, OK, mais lui ronfler dans l'oreille, nan. Il se contenta donc de regarder la miss rire pendant que son ami grognait contre l'injustice et la dangerosité de réveiller un endormi, et d'autres trucs complètement stupides et sans aucun rapport comme Alvis sait si bien le faire.

Après avoir terminé son troisième... dixième... ving... Bref, son verre, il se passa une main dans les cheveux en considérant la proposition. Honnête ? Il ne se gênait jamais pour l'être, et ce n'est pas parce qu'il avait une passion en commun avec elle qu'il allait lui mentir. Au bout d'une ou deux minutes, il posa sa main froide sur celle, crispée, de la fille, puis dit doucement

L'égoïsme n'est pas forcément une mauvaise chose et j

Un mouvement brusque du roux interrompt sa phrase, et, agacé, le brun rajoute

N'est-ce pas Aaaaaal
Hm ? Oui Adriaaaaaaan ?
. . . Quelle personne stupide... Bref, je veux bien t'aider, ce n'est pas un problème si tu penses en avoir besoin. Et pour ta gouverne, je n'ai aucune raison de mentir. Après tout, c'était ma proposition, non ? Tu ne serais pas venue sinon.

Le roux sourit à l'insulte, bien trop habitué à ce comportement. Le chanteur retira sa main pour se frotter l'oeil et attrapa un... un... un énième verre de limonade, Al en fit de même. Il n'empêche qu'à eux-deux, ils avaient déjà presque vidé le plateau... Peut-être... Peut-être qu'il faudrait envisager un sponsoring... "Skull Saders, la limonade, c'est leur vie" ... Mais pas d'Adrian sur les affiches, il ferait peur aux gens. Le brun garda les yeux baissés sur le contenu de son verre, qui disparaissait à une vitesse effarante, puis fixa ses onyx dans le bleu d'Utau.


Alors, on fait équipe ?

_________________


Spoiler:
La vérité est celle que l'on veut bien voir
avatar
Adrian A. von Lok

Messages : 126
Date d'inscription : 15/10/2012
Localisation : Dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Utau Cullen le Lun 21 Oct - 15:17

Si je voulais de l'aide ? Oui. Oui oui oui oui et encore oui ! Après n'étais-je pas là pour ça ? J'avais envie de chanter, aussi clairement qu'il le faisait, aussi longtemps que je le pourrais. Cette envie toujours grandissante que je n'arrivais pas à assouvir si j'étais la seule à m'écouter. Cette envie si paradoxale puisque je voualais chanter devant un public tandis que j'avais une peur panique que quelqu'un puisse écouter ma voix et ensuite la juger. Il avait été le seul à avoir jamais entendu ma voix et l'avais aimé me comblant de bonheur et affirmant qu'il me fallait absolument un public. Lui, le jeune homme du lac qui ne m'avait d'ailleurs toujours pas donné son nom mais qu'importe, mettre un nom sur ce visage ne ferait pas que je l’apprécie plus que je ne l'appréciais déjà. Comme un ami.

Je ne relâchais mon emprise que quand le garçon posant sa main froide contre la mienne. Un acte chaleureux contrastant avec la température extrême de sa main. Je laissais glisser doucement le long de mon corps ma main celle-ci comme inerte, calmée par la constance de mon ami de chant. Mes yeux ne perdaient pas de leur ardeur ou du moins j’essayais qu'ils n'en perdent pas, sérieuse sur ce sujet et déterminée à lui faire comprendre que toutes mes belles paroles n'étaient pas des paroles en l'air. Et à la vue de sa réponse, il était aussi sérieux que moi, ce qui me rassurait. Riant d'une petite altercation entre les deux personnages devant moi, je les imitais en commandant une limonade qui j'avoue été vraiment délicieuse.

S'en suivit un petit moment de pause, des minutes coupés du monde, des réalités. J'en profitais pour observer les alentours du bar. Tout le monde semblait avoir troqué l'euphorie du concert pour celle du poker ou du billard. L'air devenait de plus en plus alcoolisé et contrairement à ce que je pensais le bar était un très bon refuge contrairement aux toilettes qui ne semblaient pas très... nets disons. Laissant des pensées malsaines derrière moi, je laissais mes cheveux en arrière comme pour imager ce que je faisais de mes songes puis finis en une grande gorgée le délicieux nectar citronné. La voix si reconnaissable du chanteur s'éleva à nouveau et je tournais précipitamment la tête vers lui prête à boire la moindre de ses paroles, avide de réponses. Puis un sourire, épanouie sur mes lèvres apparut, soulagée. Je lança ma main sur mon front dans un salut militaire.



« Ô captain my captain ! »


[i]Petit clin d'oeil au poème de Whitman en hommage à Lincoln. Je fis rapidement un tour de tabouret, amusée d'avoir pu caser cette phrase dans une de mes conversations. Je me rappelais qu'il n'y a pas si longtemps j'avais eu cette phrase à mettre dans une de mes conversations en gage et que j'avais échoué soit c'était un joli pied de nez à ces crétins qui s'étaient moqués de moi.



« Par où on commence ? »

_________________
And now I'm burning a Highway to hades
avatar
Utau Cullen

Messages : 164
Date d'inscription : 11/10/2012
Age : 17
Localisation : Dans ses pensées

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Adrian A. von Lok le Jeu 20 Mar - 15:39

Silence reposant. Moins reposant en sentant le regard constant d'un certain bassiste contre sa joue et sa nuque, mais quand même. Alvis bouge un peu sur son tabouret comme s'il allait tomber et manque de renverser l'allemand par terre plusieurs fois. Taré ce mec, complètement barge. À la tête d'un groupe de bras-cassés en plus (et, non, Adrian ne s'inclue pas dedans, faut pas déconner~). La réaction de la demoiselle réchauffe le coeur du roux qui lui tend la main avec un grand sourire. toujours avenant l'Alvis, malgré ses nombreux défauts.

Alors bienvenue chez les fous

Un "tu peux parler, taré" s'échappe des lèvres d'Adrian, presque amusé par la situation, le nez dans son verre. Al fait la moue puis rit un peu et hausse les épaules, ne s'en offusquant pas.

J'm'appelle Alvis, le batteur c'est Gabriel et la mijaurée à la guitare c'est Sacha~ 

Le brun manque de s'étouffer dans son verre et proteste doucement, avec son détachement habituel

Sacha est très gentil, dis pas n'importe quoi patate
Bois ta limonade toi !

Adrian grogne un peu et termine son verre avant de le poser brusquement sur le comptoir pour faire sursauter son leader. Il se tourne ensuite vers Utau, toujours aussi froid, mais avec une aura plus chaude, presque rayonnante, et pose sa main droite sur l'épaule de la jeune fille la plus proche.

Tu vas voir, rien de bien compliqué. Et le reste, on verra plus tard

Al s'éclipse avec un sourire stupide, partant profiter du reste de la soirée avec les deux autres clampins et von Lok soupire doucement en le traitant de pénible, essayant de ne pas trop l'insulter dans sa tête.


[HRP] Je peux clôturer là, ou pas, c'est comme tu veux nyany =3 [/HRP]

_________________


Spoiler:
La vérité est celle que l'on veut bien voir
avatar
Adrian A. von Lok

Messages : 126
Date d'inscription : 15/10/2012
Localisation : Dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la théorie à la pratique [Alex']

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum